banner fight 2
banner fight 2 ph

logo 2

My Body

«My Body» est un petit blog d'informations
sur les idées et réflexions qui viennent et sur les événements qui passent...


ON PEUT CHANGER, TOUT EN RESTANT SOI MÊME...

Ce matin, en arrivant au travail, je vois sur un tram de Genève cette formule : «  on peut changer, tout en restant soi même ». Des fois j'admire au plus au point la créativité de certaines agences de communication. Mais quelle phrase !! MAGNIFIQUE ! Cela résonne en moi et annonce dans la foulée la newsletter ici présente.

ibe en restant soi memeAu sortir de cette période ahurissante que nous venons de vivre collectivement, encore sonnés, comme drogués par plusieurs semaines d’arrêt de travail forcé, nous voici sur le chemin de la reprise en tout : notre travail bien sûr, notre vie sociale, nos habitudes...Sommes nous réellement redevenus les mêmes qu’il y a 2 mois ? Je ne le pense pas et je dirais même qu’il serait salutaire que nous ne le soyons pas.

Je vois ces 6, 8 semaines, ce temps hors du temps, hors de notre représentation du monde extérieur, comme une alerte de la nature qui nous implore de changer notre comportement.

Nous devons changer bien évidemment notre consommation, le saccage de la nature, la surconsommation, mais changer aussi notre rapport à notre corps et à nos pensées. Nous devons changer sans se renier soi même ; nous devons changer, tout en restant nous même.

Mais comment le faire réellement, sans en rester aux incantations. Ces mots j’imagine résonnent parfaitement pour tous mes élèves sportifs, qui ont déjà l’habitude du schéma corporel, du geste juste, du bien-être induit par les efforts sur les systèmes physiologiques....mais un coach sportif serait-il capable de transmettre son ressenti profond de la manière dont il serait nécessaire de comprendre ce qui nous arrive, de nous comprendre ?

Pensez-vous qu'en comprenant son corps et ses pensées nous arriverions collectivement à rendre  meilleur notre vivre ensemble, à rendre meilleur ce monde ?

Pour moi, la réponse est OUI, trois fois OUI !

En sortant de la période de confinement, j’ai eu quelques confidences de personnes désireuses de «lâcher» la haute intensité et le côté spartiate de leur entraînement pour se mettre dans une ambiance plus zen, et plus axée sur le ressenti et la douceur. Mais ces personnes m'ont aussi dit : « maintenant, je ne veux plus me soumettre au dogme de l'urgence, je ne veux plus faire passer mon métier et ma consommation avant tout le reste. Ce n'est peut-être pas cela qui me rendra le plus heureux. Je veux me sentir bien, je veux choisir mes horaires et faire chaque chose de manière posée... »

C’est ainsi, une intuition qu’il faudrait ne plus se soumettre au précepte sociétal d’être dans la performance absolue et aller toujours plus vite.

Aussi, en temps que modeste coach, voici les conseils que je voudrais vous apporter :

  • Je dirais qu'il faut entendre et aller dans le sens de ce que la nature nous demande. Nous devons ralentir, nous devons décroître. Freinez votre consommation, y compris dans le domaine sportif. Peut-être, vous n'avez pas besoin du dernier matériel dernier cris, vous n'avez pas besoin de mille compléments alimentaires, vous n'avez besoin que de VOTRE BON SENS .

  • L'accès à la compréhension de votre corps et de vos pensées est un puissant levier de ralentissement du rythme global, et cela va vous amener infiniment de bien-être. Prenez vraiment conscience de vos gestes, de vos mouvements durant la séance, mais également dans la vie courante. Ce bien-être n'arrive pas tout de suite : vous devrez concentrer votre attention plus de 15 minutes dans la journée sur votre corps pour l'obtention de ce bien-être. Posez-vous la question : êtes-vous capable de prendre puissamment conscience de votre corps plus de 10 minutes dans la journée ? ( visualisation interne, posture, sensation de la respiration, sensation de la vitalité...). Vous verrez vite que ceci est plus dur à mettre en œuvre que vous n'imaginez.

  • Lorsque vous faites un geste, dans la séance comme dans la vie courante, posez-vous le plus souvent possible cette question : « dans ce geste que j’accomplis, quelles sont les articulations de mon corps qui doivent rester fixes, quelles sont les articulations de mon corps qui doivent être mobiles ? ». Sans rentrer dans l'anatomie détaillée, ceci permet une première visualisation très juste. Avant les muscles, il y a le squelette. Concentrez-vous sur votre squelette et voyez comment bougent les « leviers osseux » dans les 3 plans (frontal, horizontal, sagittal).

Tout ceci vous paraît quelque peu « ésotérique » ? Alors je vous dit 2 choses : déjà, je me considère comme une personne plutôt rationnelle construite par le cartésianisme, mais une approche plus intuitive, plus spirituelle m'a aussi aidé dans la vie.
Et puis, essayez quelques jours, testez vous même, et voyez.
Vous êtes votre seul maître.

Vous pouvez changer, tout en restant vous-même.


EN PERIODE DE CORONAVIRUS

Mes chers Élèves,

Passées 2 semaines où, comme beaucoup d'entre nous, je fus pétrifiée, ébranlée par cette situation inimaginable, (je ne pouvais ni penser, ni agir) je reviens vers vous aujourd'hui pour vous donner quelques conseils en ces temps immémoriaux !

ibe mars 2020Ibé en confinement dans sa maison de Thonon !! Séance de sport avec les moyens du bord!

Et oui, j'aime utiliser des termes forts, qui sont à la hauteur du défi que nous devons relever. Aujourd'hui, je ressens le cruel manque de mes élèves, de mes relations humaines avec vous.
Car à Ibé coaching le maître mot depuis 2008 a été “fidélité”. Je crois en partie, car au-delà d'entraîner son corps pour sa santé, pour sa beauté, nous avons su aussi parler de nous, de notre rapport au monde, de nos attentes dans la vie....

Ce matin, j'ai écouté une émission de radio qui parlait des instructions des coachs sportifs dans cette période de confinement. Il en ressort que les instructions en ligne deviennent spartiates, militaires, et insistent sur le fait de construire son corps comme un rempart de force “anti-coronavirus”.

Aussi, mes conseils personnels se situeront dans une autre perspective, alimentant ainsi, l'appétence que j'ai toujours eue pour la réflexion et l'introspection.

Aujourd’hui, je crois que le moment que nous traversons tous est en train de nous crier à l'oreille : “nous devons nous poser les bonnes questions”.

Et en matière de programmation sportive, la bonne question est déjà de débroussailler notre but véritable pour ce corps qui sera “notre” tout au long de la vie : le voulons-nous inébranlable comme un bloc d'étain, ou souple et adaptable ? Voulons-nous le contraindre avec force et pugnacité ou le sculpter minutieusement avec un papier de verre aussi fin que cela ressemble à une caresse ?

Ce sont des approches différentes, qui sont toutes valables, et qui ont à voir avec :

  • la mode et les tendances
  • l'éducation personnelle
  • son être profond

Tout est imaginable, donc...tout est possible.

Pouvez-vous concevoir que d'une certaine manière, vos pensées, vos choix vont se refléter dans votre corps ?

Mon conseil est le suivant :

Quel que soit le choix que vous faites, vous devez savoir que tout ce qui vient de votre “être profond” aura beaucoup plus d'impact que le reste. Alors, à chaque prise de décision, posez-vous la question de savoir si ce que vous voulez mettre en œuvre provient de la mode et des médias, de votre éducation ou de votre essence même. Puis, essayez de ne vous référer qu'à votre essence même : d'immenses réussites sont à la clé de cette manière de de voir les choses.

Deuxième conseil : faites toujours l'entraînement que vous avez mis en place sur un morceau de papier et n'y dérogez pas. Je m'explique : vous pouvez dire aujourd'hui je fais 3 pompes. A ce moment-là, écrivez sur votre papier 3 pompes, allez dans votre salon et faites 3 pompes ! Ceci sera beaucoup plus efficace que de rêvasser à un hypothétique entraînement de la mort que l'on ne fera qu'en rêve…ou alors une seule fois avant de se décourager.

Vous devez savoir que votre cerveau vous gratifie dès que vous faites ce que vous avez prévu de faire. Donc, 3 pompes, d'un point de vue entrainement physique, ce n'est rien du tout mais du point de vue de renforcer son cerveau, sa capacité de faire ce que l'on s'est promis, cela est un pas immense. Et le cerveau est votre maître d'œuvre comme nous le savons tous.

Aujourd'hui, vous êtes confinés, ou alors vous travaillez comme des dingues (si vous êtes dans certaines professions). Forcément, ce n'est plus la vie habituelle, forcément vous ne pourrez pas faire votre séance dans les mêmes conditions. Profitez pour mettre en place la force mentale, celle sera toujours comme une lumière dans la nuit !

Ce ne sont pas là de gentilles considérations à caractère ésotérique, mais cela a une réalité scientifique.

Troisième conseil : ne vous punissez pas. Je veux dire par là que, bien sûr le corps va se ramollir un peu, bien sûr que l'on va peut-être prendre quelques grammes ou perdre de la masse musculaire. Mais ce n'est rien en comparaison à ce que vous allez mettre en place dans votre tête :

Se poser les bonnes questions.
Quoi, comment, pourquoi...
Faire un tout petit peu mais FAIRE. Réfléchir beaucoup, tout le temps, CHANGER, S'ADAPTER.

Ne vous punissez pas mes chers élèves, ne soyez pas frustrés. Ensuite viendra le moment du retour, de la reprise en main, de la joie et de encore plus d'amour entre nous.

Ce moment, c'est peut-être notre chance à tous de se rendre compte que derrière toutes ces interactions sociales, derrière le fait de venir faire des sessions de sport dans son club préféré, il y a....DE L'AMOUR.

 

Je vous embrasse tendrement et je suis avec chacun d'entre vous, de toutes mes forces.


Les bonnes intentions !

Pour l'année 2020 qui débute, je voudrais vous parler des choses qui me tiennent à cœur.
Naturellement, puisque cela est mon métier, mais également parce que depuis toutes ces années que je l’exerce, j'ai écouté un nombre important de questionnements de la part de mes élèves, et jour après jour, je me suis efforcée de répondre au mieux à toutes ces préoccupations.

Ces préoccupations sont en premier lieu des préoccupations de santé, mais n'utilisons pas la langue de bois: elles sont également des préoccupations concernant la beauté et la préservation de la jeunesse physique.

les bonnes intensions 01 2020Avant toute chose, je considère cela comme étant parfaitement légitime pour la simple raison que (que nous le voulions ou non), nous vivons ensemble dans une société, et que (que nous le voulions ou non), il sera plus facile pour nous de se mouvoir au sein de cette société avec une bonne santé, un corps au mieux de ses possibilités, et avec une jeunesse apparente.

Ceci n'empêchant en aucun cas de garder son regard critique et de ne pas adhérer à tout...Garder son sens critique et son indépendance intellectuelle restent la base .

Aussi d'ordinaire, pour mettre en œuvre les instruments de la transformation corporelle, nous parlons souvent de 2 facteurs qui sont :

  • l'entraînement physique en temps que tel
  • l'alimentation

Déjà, je voudrais dire qu'à ce stade nous oublions 2 choses importantes, pour ne pas dire essentielles, et qui sont :

  • le repos
  • Le bon sens !

Parler de ces 4 piliers fondamentaux pourrait déjà remplir un livre complet, mais aujourd'hui je ne parlerai que “du repos” et “du bon sens” car je souhaite rester dans des formats courts et ne pas donner trop d'informations, ce qui pourrait s'avérer indigeste.

Le repos est fondamental dans un processus d'apprentissage et de transformation, quel qu'il soit, puisque “sans repos, pas d'adaptations possibles”. Ceci veut dire que vous allez progresser....au moment où vous vous reposerez.
Cela est un principe fondamental qui se met aussi en action lors des apprentissages intellectuels. C'est lorsque vous vous reposez que tout se décante et se met en place dans votre cerveau, vous l'avez certainement ressenti à plusieurs reprises.
Il en va de même pour le corps. C'est lors du repos que le corps va créer ses adaptations et...sa surcompensation. (Nous pourrons revenir sur ces concepts).
Du coup, savoir s'entraîner et bien se nourrir s'avèrent nécessaire mais pas suffisant.
Il faudra le repos, le sommeil réparateur et pour le plus grand nombre d'entre nous : le repos dominical, car comme j'aime à le rappeler, quasiment tout le monde est concerné par une triple vie (vie professionnelle, vie sociale, vie familiale) très couteuse en énergie vitale.
Aussi, je vous invite à respecter le plus possible vos cycles naturels de sommeil, et de vous réserver les dimanches pour recharger vos batteries métaboliques.

Maintenant, nous arrivons sur un point de la compréhension de ce que vous faites, que j'appelle “la mise en pratique” du bon sens.

  • En toutes circonstances, vous devez vous référer à votre bon sens. Ceci s'applique ici dans le cadre du coaching sportif, mais nous pourrions le mettre en œuvre pour tout, absolument tout.
    Ceci vous permettra de vous éloigner autant que possible de l'appel des sirènes du marketing qui est, en principe, sous couvert de recherches scientifiques, essentiellement une recettes pour vendre.

Donc sachez :

  • Jamais aucune pilule, aucun médicament ne fait maigrir sans mauvaises conséquences.
    Vous ne maigrirez qu'en maîtrisant votre balance énergétique. (et d'une manière général par la judicieuse mise en pratique de l'activité sportive, la nutrition, le repos et le bon sens !), à moins d'un problème de santé particulier, si vous ne parvenez pas à vos résultats, c'est qu'il vous manque la maîtrise de l'un de ces paramètres.
  • Nous sommes déjà trop surdosés en protéines dans notre alimentation, alors...à moins d'être un bodybuildeur, laissez tomber les protéines en complément (votre estomac, vos reins et votre porte monnaies s'en trouveront grandement soulagé)
  • Un entrainement est personnel, donc les programmes clé en main sur internet seront peut-être intéressants, mais non suffisants. Lors de votre entraînement, questionnez le coach, soyez curieux: vous devez être 2 personnes à comprendre la raison de ses enchainements d'exercices.
    Vous devez savoir qu'un coach sportif reste avant tout comme un chef en cuisine, à savoir qu'il possède les ingrédients, mais lui appartiennent les associations, les timming, les dosages (séries, répétitions, charges et récupérations entre chaque). Aussi, tout comme il vous intéresse (j'espère) de connaître les secrets et les spécialités du chef quand vous allez dans un bon restaurant....Faites-en de même avec votre coach sportif. Exercez votre bon sens et votre sens critique en questionnant et comprenant pourquoi vous faites ceci plutôt que cela.
  • De la même manière, sachez que les recettes “magiques” ne fonctionnent pas. Elles n'ont jamais fonctionné et ne fonctionneront jamais. Par exemple, on ne transcendera jamais son corps en mettant des électrodes d'électrostimulation sur ses abdos et simplement regarder la télé..Par contre, utiliser des électrodes en complément d'un programme de musculation bien construit peut s'avérer intéressant.

Lorsque vous entendez parler d'un nouveau programme miracle, d'un nouveau complément qui transforme votre corps et votre vie, d'un appareil miraculeux, d'une nuisette qui vous fait avoir un corps d’athlète durant votre sommeil, il faut que votre “sonnerie intérieure d'alerte” se mette immédiatement en route : malheureusement les choses ne sont pas aussi simples.
Par contre, il est un fait certain que les méthodes qui durent dans le temps sont certainement moins sexy, mais beaucoup plus efficaces.
Aussi, la bonne vieille musculation et entrainement cardio-respiratoire couplé à une alimentation simple, préparée maison, resteront toujours d'actualité.


 

Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué !

ibe pourquoi simple 1Il n’y a pas très longtemps de cela, je me suis rendue à une conférence qui traitait de la nutrition et du moyen d’obtenir un corps dépourvu de masse grasse. Cette conférence se déroulait sur 2 jours, dans un centre sportif. Nous étions une vingtaine de personnes, soit des coachs sportifs, soit des professionnels du bodybuilding. On peut dire beaucoup de choses sur le bodybuilding, mais il est un fait certain c’est que les personnes qui s’y adonnent ont une connaissance très poussée de leur corps et de la nutrition. Leur action sur leur corps, au travers de la nourriture, est une attention permanente, et la plupart d’entre eux utilisent toutes sortes de techniques pour obtenir le résultat au gramme près, sur les muscles en question.
Ceci exclu la question de savoir si le genre de physique obtenu nous plaît ou pas : ils maîtrisent, c’est un fait.

La conférence était dirigée par un jeune professeur d’une érudition remarquable.
Nous fûmes tous assez impressionnés de la capacité chez cette personne assez jeune de savoir par cœur, par exemple, quelle structure d’acides aminés était contenue dans tel aliment, ainsi que l’agencement moléculaire, voire même pourquoi, si vous combiniez avec tel ou tel atome il se passerait tel processus chimique à l’intérieur de votre corps.
Nous lui posions tous inlassablement des questions de plus en plus pointues, et inlassablement il nous fournissait des réponses qui, progressivement se paraient d’une complexité de plus en plus épaisse. Son savoir était basé sur des heures et des heures de lectures et d’échanges avec des scientifiques et chercheurs qui analysent dans les laboratoires.
Arriva la pause de midi.

Comme nous étions tous des personnes attentives à la nutrition, nous avions prévus notre repas ; chacun a sorti sa préparation. Pour ma part, c’était une salade composée, avec des ingrédients simples mais frais. Des tomates prélevées du jardin, une céréale, des olives, concombres, poivrons, herbes, et œuf de la productrice qui élève des poules, pas très loin de chez moi, dans de grands espaces, ce qui leur confère le confort animal...Bref, une salade de ce genre.

Finalement, durant les conversations à table, nous étions troublés. Même les bodybuilders qui passent le plus clair de le temps à approfondir leurs connaissances sur la nutrition : ce professeur abattait en quelques heures, des concepts nutritionnels que nous tenions pour intangibles. Par exemple, il nous incitait à utiliser des protéines issues de fruits plutôt que les sources habituelles : je m’explique...Pour obtenir ces sources protéinées qui sont en quantité infinitésimale au sein de certains fruits, la solution est de les extraire et de les prendre sous forme de compléments, en association à tel ou tel autre aliment. De même, il nous déconseillait fortement de consommer les peaux des fruits et légumes, les écorces des céréales complètes, selon des études sur les germes et grains...
Tout était infiniment complexe.
Nous regardions nos tranches de pain complet et autres morceaux de blanc de poulet en se questionnant mutuellement. Et nous nous aperçûmes que nous avions tous, plus de questions que de réponses.
À un moment, je me suis dit intérieurement : « La manière de penser actuellement, en matière de nutrition, c’est le problème, pas la solution ».

Puis, j’ai recoupé cette réflexion avec mes propres expériences de coach sportif, et je me suis souvenue que j’ai beaucoup d’élèves qui me posent inlassablement des questions angoissées, car ils ont lu tel ou tel article sur tel aliment qu’il faut absolument bannir de l’alimentation, ou sur le jeun intermittent qui résoudrait tous les problèmes de poids et de santé, sur les oligo-éléments et les protéines...quelle quantité, quoi, comment…Quelle recette miracle va leur apporter LA REPONSE.
Chaque fois, je constate que les personnes s’intéressent à des choses techniques, spécialisées, scientifiques... mais ils ne savent pas la base sur laquelle s’appuyer. Par exemple, lorsque je dis « apprenez déjà la répartition des macronutriments et la balance énergétique et vous vous en sortirez toujours », je veux parler d’une base qui devrait être la connaissance classique chez toute personne intéressée par l’alimentation. En d’autres termes : « apprenez l’alphabet avant de faire des phrases complexes !»
À la lumière de ce stage sur la nutrition que j’étais en train de faire, je me suis dit : « c’est notre manière de penser la nutrition qui créé le problème. C’est la manière actuelle de penser dans notre monde moderne. Nous rendons les choses simples compliquées et au lieu de résoudre des problèmes, nous en créons à chaque fois davantage. Ceci vaut pour la nutrition, mais la manière dis-fonctionnelle de penser aujourd’hui s’applique à bien d’autres sujets. ».

En soi, il n’y a pas de mal à vouloir approfondir un sujet, à aller dans les moindres détails de la biochimie moléculaire et tous les processus métaboliques qui font qu’un aliment va s’incorporer à vous et donner tel ou tel résultat. Mais, est ce que cette connaissance va solutionner votre relation à la nourriture ? Est-ce que cette connaissance enlèvera la frustration, la culpabilité devant la nourriture par exemple, la difficulté de choisir ce qui est bien et juste pour son corps ; est ce que ça va solutionner tous nos comportements addictifs ou compulsifs ? Rien n’est moins sûr. Car il faut apprendre l’alphabet avant de faire des phrases complexes, en d’autres termes, avant tout autre chose : créez les fondations...

à suivre...

My Body

  • ON PEUT CHANGER, TOUT EN RESTANT SOI MÊME...

    Ce matin, en arrivant au travail, je vois sur un tram de Genève cette formule : «  on peut changer, tout

    Lire la suite...
  • EN PERIODE DE CORONAVIRUS

    Mes chers Élèves, Passées 2 semaines où, comme beaucoup d'entre nous, je fus pétrifiée, ébranlée par cette situation inimaginable, (je

    Lire la suite...
  • Les bonnes intentions !

    Pour l'année 2020 qui débute, je voudrais vous parler des choses qui me tiennent à cœur.Naturellement, puisque cela est mon

    Lire la suite...
  • Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué !

    Il n’y a pas très longtemps de cela, je me suis rendue à une conférence qui traitait de la nutrition

    Lire la suite...
  • Faire à manger est un acte d’amour !

    Les délices énergétiques à la noix de coco "faits maison" Un jour, j’ai vu la publicité la plus stupide de

    Lire la suite...
  • Lorsque l'on a perdu….

    Lorsque les personnes viennent au club Ibé coaching, bien évidemment, la première chose qui se produit, c’est un apprentissage, une

    Lire la suite...
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8